Souvent, je m’assied sur mon lit, mon ordinateur sur les jambes et commence à écrire, cela peut être un article, des pensées, un récit et quand je commence, je peux prendre un très grand plaisir à accoucher la trentaine de lignes pleines d’idées venant de mon incroyable cerveau.

Puis arrive le fameux moment où je décide de me relire…
Ce moment, cette relecture, il est toujours synonyme d’une remise en question. Je ne suis pas en train de me relire pour corriger les fautes, je ne suis pas train de me relire pour vérifier si le contenu de mon texte est cohérent. Je me relis car j’ai pris cette constante habitude de ne pas écrire pour moi, mais pour les autres.
Je me relis en me posant sans cesse les mêmes questions. Est ce que mon récit va plaire ? Qu’est ce que vont penser les autres ? Est ce que j’ai donné assez de substances pour interesser quelqu’un ? Et si personne n’aime ?

Résultat, pendant longtemps, j’ai écrit et je n’ai pas publié. Seuls quelques articles ont trouvé grâce à mes yeux. Et en les relisant, non sans tout réécrire plusieurs fois, je me suis vite rendu compte que je faisais l’extrême opposé de ce que je cherchais à faire. Je les vide de leurs substances, de leurs sens, de ce qui fait que ces articles viennent de moi.

J’ai inconsciemment décidé de m’auto-censurer sur des sujets qui me tiennent à coeur et surtout je me décourage car je pense sans cesse que je n’ai aucun talent pour l’écriture allié d’un sentiment de peur.

Nous avons grandi dans une société qui nous a toujours appris les bonnes vertus du talent, qui nous inspire, qui nous fait rêver, qui nous permet de grandir et de nous démarquer.

GIF2040

Je n’ai compris que très récemment que le talent ne fonctionne pas sans l’envie, la motivation et le courage. Alors que le contraire est possible. On peut ne pas savoir chanter et vouloir chanter. Le tout est de s’y mettre et d’avoir le courage en toute circonstances d’assumer ce fait.

GIFmiranda

Aujourd’hui pour la première j’ai décidé d’écrire un article sans me relire. Pour la première je vais poster un article sans me relire.

Si vous aimez quelque chose, foncez, ne vous relisez pas, car se relire équivaut à avancer pour reculer.